L’impermanence… ou l’impertinence du mouvement ? |

Le monde manufacturier… de la production de masse à l’Industrie 4.0 ! Un siècle à la poursuite de nouveaux moyens ou un mouvement conscient dans la bonne direction ?  

17 juin : 15H30-16H45 (heure française)

Conférence proposée par Claude Emond, BEng, MEng, MBA, CD, rmc,

Associé principal, Les Entreprises Quali-Scope inc.

Rejoindre notre extraordinaire guide sur Zoom

 Pour toute organisation, l’impermanence d’un mouvement est liée à sa direction, qui doit être ajustée pour rester pertinente avec l’évolution de son environnement d’affaires et permettre à cette organisation demeurer pérenne et de prospérer en harmonie avec cet environnement. L’acronyme VICA (Volatilité, incertitude, complexité et ambiguïté) est utilisé depuis une vingtaine d’années pour caractériser nos environnements d’affaires turbulents et en changement permanent. D’autres mots et expressions sont aussi devenus à la mode pour exprimer les actions à prendre pour non seulement survivre, mais aussi prospérer dans de tels environnements, notamment: globalisation, décentralisation, compétitivité, innovation, transformation digitale. Industrie 4,0 et … agilité. 

 

Comme plusieurs autres intervenants socio-économiques, le monde manufacturier a vécu de grandes transformations durant le dernier siècle. Et, dès la fin des années 1970s, soit au moins 20 ans avant la publication du fameux «manifeste agile pour le développement logiciel», le mot «agilité» a été utilisé par l’industrie manufacturière, qui a associé ce mot au besoin d’aller au delà du LEAN pour devenir et demeurer plus performant dans notre façon de créer et de livrer ses produits sur les marchés ciblés. Cependant, ce mouvement vers l’ «agilité de production» (aussi appelée de façon plus restrictive «agilité manufacturière») et le chemin pour y parvenir demeurent 

encore aujourd’hui, pour plusieurs organisations, quelque chose de flou, de plus ou moins conscient et, par conséquent, de difficilement atteignable. 

 

Cette conférence propose de clarifier ce qu’est vraiment l’ «agilité de production» et d’expliquer en quoi le succès de la transformation digitale de nos entreprises manufacturières, tel que présentée dans le concept de l’Industrie 4,0 n’est qu’un moyen parmi tant d’autres, non pas l’objectif ultime du mouvement vers plus d’agilité. Cet objectif ultime c’est la transformation des humains vers une plus grande adaptabilité collective, grâce à l’émergence de cultures organisationnelles plus inclusives, plus apprenantes, plus collaboratives, plus innovantes, plus agiles et donc plus «véloces» pour se mouvoir « plus vite …. dans la bonne direction ! »